Nos PROJETS

Les deux axes majeurs d’intervention de Schola Africa sont la scolarisation primaire et la formation professionnelle au Burkina Faso depuis 2000 et au Sénégal depuis 2018. 

« On ne peut pas sauver tout le monde, mais on peut donner le meilleur de nous pour offrir notre aide au plus de monde possible. » - Karim Gomina, co-fondateur de Schola Africa

Nos axes d'intervention : l'éducation et la formation professionnelle .

D’une part, depuis 2000, l’association a financé la construction de 24 salles de classe qui permettent chaque année à plus de 1300 élèves d’être scolarisés. D’autre part, depuis 2002, notre association assure la gestion d’un centre de formation à la couture pour jeunes femmes burkinabè, situé à Sarfalao, un quartier périphérique de Bobo Dioulasso. Après trois années d’études, les étudiantes obtiennent un diplôme reconnu par l’État burkinabè : le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP). Ce dernier leur permet de devenir à leur tour formatrice ou bien d’ouvrir leur propre atelier de couture tout en bénéficiant de l'expérience d'un réseau soudé d'anciennes élèves du centre. À ce jour, 330 femmes ont ainsi pu profiter de cette formation complète.

Les projets complémentaires.

Afin d’avoir une action complète et d’améliorer qualitativement les conditions d’apprentissage des élèves, nous associons à la construction de salles de classe de nombreux projets complémentaires. 

 

Tout d’abord, lancé en 2013, le projet "Lampes Solaires" consiste en la distribution de lampes portatives, fonctionnant à l'énergie solaire, afin que les élèves puissent étudier une fois la nuit tombée. À ce jour, plus de 1500 lampes solaires ont été distribuées dans les écoles où nous intervenons. Toujours désireux de promouvoir le développement participatif, nous nous fournissons chez l'entreprise Lagazel, qui possède des sites de production au Burkina Faso (Ouagadougou et Dedougou) et au Sénégal (Dakar). Ce fournisseur nous permet donc de réduire l'impact écologique de notre intervention en évitant le coût environnemental du transport et en utilisant une énergie renouvelable.

 

Par ailleurs, le projet « Impluvium » consiste à stocker de l’eau de pluie au sein d’une cuve équipée de carafes filtrantes. Cette initiative permet de répondre aux enjeux de l'accès à l'eau potable dans ces zones arides et de réduire les maladies hydriques, facteur d'absentéisme en classe. Schola Africa a construit 2 impluvium depuis 2017 à Bobo Dioulasso.

 

Enfin, le projet “Latrines” a pour objectifs principaux d’améliorer les conditions d’apprentissage et l’hygiène des élèves. Cette initiative permet à terme d’augmenter leurs résultats en réduisant l'absentéisme due au manque de latrines. Au total, ce sont 44 latrines qui ont été construites grâce à l’intervention de Schola Africa. 

L'organisation des missions sur place.

Les membres de l’association se rendent sur place au cours de trois missions annuelles, financées par leurs propres moyens. Ces missions sont fondamentales pour l’association car elles permettent d’établir une réponse adaptée aux besoins des populations locales. Dès lors, chaque année, les membres de Schola Africa se rendent sur place en se répartissant sur les trois missions de février, d’avril et de juin. Celles-ci permettent à l’association d’assurer le meilleur suivi possible de nos projets, tout en visitant de nouvelles écoles dans lesquelles nous pourrions intervenir.

Pour les plus curieux, voici ci-dessous la vidéo de notre mission de juin 2021 :

Schola Africa / Mission Février 2022
Schola Africa

Schola Africa / Mission Février 2022

© 2023 by Last Chance. Proudly created with Wix.com